193-197 Rue de Bercy, 75012 Paris, France

Douleur d’épaule

L’épaule douloureuse

C’est un motif de consultation fréquent en ostéopathie.

On retrouve le plus souvent des problèmes de type ostéoarticulaires et tendineux.

tendinite : diagnostic le plus fréquent
  • L’épaule contient 4 diagnostics principaux concernant cette affection tendineuse.
  • Le siège (localisation) de la douleur oriente le diagnostic selon le tendon affecté.
  • L’ostéopathe peut le détecter par des tests spécifiques, mais le diagnostic échographique est tout de même souhaité pour confirmation diagnostic.
  • Causes : Ces symptômes sont la douleur, l’enraidissement de l’épaule et la diminution de la force.
  • Déclencheur : mouvements répétitifs conduisant à une usure du tendon / traumatisme chute en arrière avec le bras en rétropulsion (épaule en arrière)
Tendinite du supra-épineux

  • Physiologie : Le patient a du mal à lever le bras en avant et sur le côté
  • Déclencheur : La douleur apparaît lorsque le patient lève le bras en avant (élévation antérieure) et sur le côté (abduction), apparition au repos et la nuit
  • Siège : En arrière et au-dessus de l’épaule (le long de l’épine scapulaire)

Ici un avant après en 15 minutes de traitement.

 

Tendinite du sub-scapulaire
  • Physiologie :  : Douleur lorsque le patient lève le bras en avant
  • Déclencheur : Le patient ressent une douleur ou une incapacité à mettre son bras dans le dos
  • Siège : La douleur se situe en avant de l’épaule, juste au-dessus de la clavicule.  
Tendinite de l’infra-épineux 
  • Physiologie : Le patient ne peut effectuer des mouvements d’ouverture de l’épaule
  • Déclencheur : passer le bras dans la manche d’une veste, mettre la main derrière la tête, la main dans le dos
  • Siège : La douleur se situe sur le côté externe de l’épaule et à l’arrière

Ici un avant après en 20 minutes de traitement : gain de mobilité de l’épaule – voir niveau des écritures sur le tee shirt pour repère + amélioration de la posture du cou et du dos

 

Tendinite du long biceps
  • Physiologie : Le patient peine à fléchir son avant-bras sur son bras (flexion+supination)
  • Déclencheur : Le patient ressent une douleur lorsqu’il souhaite « plier » son bras (ramener sa main à son épaule, porter un sac sur l’avant-bras) ou tourner sa main ou son bras entier vers l’extérieur
  • Siège : La douleur siège en avant de l’épaule, sur la partie externe de l’avant bras et sur le trajet de l’avant bras
RUPTURE / TENDINITE DE LA COIFFE DES ROTATEURS 

Généralement, le diagnostic pathologique de cette région anatomique résulte de deux causes principales : le traumatisme (blessure) et la dégénérescence (arthrose et calcification)

  • Anatomie : La coiffe des rotateurs est un ensemble de 4 tendons (sub-scapulaire, sus-épineux, sous-épineux, petit rond) impliquant parfois des conséquences sur le tendon du long biceps.
  • Traumatisme : Lors d’une chute, lors d’un soulèvement brusque, ou lors d’une luxation d’épaule.
  • Dégénérescence / usure : C’est le résultat d’une usure du ou des tendons de la coiffe. Cette dégénérescence se produit naturellement. Plus fréquente sur le bras de force (droitier/gaucher)

La prise en charge en ostéopathie est efficace (sauf luxation ou fracture, prise en charge médicale et kinésitherapie)

Selon le terrain, l’âge, et l’apparition de la douleur, le problème se règle généralement en 2 à 4 séances, plus si la tendinite est présente depuis longtemps (+soins kinésithérapiques en parallèle).

Douleurs projetées : L’epaule douloureuse sans cause locale

Il existe également des douleurs projetées (qui ne viennent pas de l’épaule mais qui provoquent des douleurs d’épaule) :

  • Douleurs d’origine cardiaque : provoque une douleur à l’épaule gauche en cas de facteurs de risques cardio-vasculaire. Au moindre doute, la réalisation d’un électrocardiogramme s’impose.
  • Douleurs musculaires : venant d’une pseudopolyarthrite rhizomélique (douleurs au niveau des racines des membres – épaule et racine du membre inférieur pouvant aussi affecter les cervicales) ou d’une dermato-polymyosite (inflammation et dégénérescences des fibres musculaires) sont généralement bilatérales.
  • Douleurs neurologiques : Névralgie cervico-brachiale (voir article complet ici) et syndrome de Parsonage et Turner. Ce dernier syndrome est une inflammation des nerfs relatifs à la zone anatomique innervant l’épaule, apparaissant souvent après un traumatisme, une vaccination ou une infection.
  • Algoneurodystrophie : cette pathologie est diagnostiquée la plupart du temps avec beaucoup de retard clinique ; en effet, c’est une affection qui apparaît bien souvent à la suite d’un traumatisme (physique ou émotionnel intense), conduisant à des douleurs inflammatoires dans un premier temps (phase chaude ou première phase), puis à un enraidissement important (phase froide ou deuxième phase). Le diagnostic est effectué médicalement, et la prise en charge en thérapie manuelle s’avère très efficace.
  • Calcifications : il arrive que l’os se calcifie, ce diagnostic est visible en imagerie médicale (radiographie). L’épaule douloureuse est limitée dans sa mobilité et présente des douleurs ponctiformes (à type de pointe précise) sur la région calcifiée (généralement la partie externe de l’épaule) formant parfois un relief sous cutané visible à l’examen. Le traitement est chirurgical dans la plupart des cas (après décision médicale).

Exceptées les causes cardiaque et calcifiante, lorsque le diagnostic médical est posé, par le médecin, le rhumatologue, le médecin du sport, le chirurgien orthopédique, et les examens complémentaires d’imagerie, l’ostéopathe peut intervenir pour soulager les douleurs d’épaule et les supprimer (en complément du traitement médical)

Publications similaires